Comment la crêpe bretonne s’est modernisée ?

Food Comment la crêpe bretonne s’est modernisée ? crédit photo - © Freepik

La crêpe est d’origine bretonne, et on y tient ! Mais, vous avez sûrement déjà dû croiser une crêperie là où vous ne vous y attendiez pas. Savez-vous à quel point la crêpe s’exporte et se revisite  ? Certes, ce n’est pas encore la Chandeleur, mais les crêpes, ici c’est toute l’année. La crêpe bretonne, Kalon vat !

La crêpe : celle qui met tout le monde d’accord

Une tradition qui ne date pas d’hier

Les crêpes ou les galettes saucisses sont un cliché de la Bretagne, mais celui-là, personne ne cherche à le contester. La crêpe, c’est une tradition. Les plus adeptes dirons même que c’est une religion. Qu’on l’aime plus ou moins épaisse, plus ou moins croquante ou plus ou moins garnie, la crêpe fait l’unanimité. En même temps, qui connaît quelqu’un qui n’aime pas les crêpes ?

Historiquement, on mangeait en famille des crêpes de blé noir, aussi appelées galettes, le vendredi soir, considéré comme le « jour maigre ». Aujourd’hui, la tradition perdure puisque le vendredi est encore le jour où les ventes affluent. Cependant, de nouvelles pratiques sont apparues, notamment grâce à la crêpe sucrée, dit la crêpe de froment. Garnies de sucre, de confiture mais aussi de pâte à tartiner, on raffole des crêpes pour le petit-déjeuner, le goûter, voire pour des repas entiers !

Faire des crêpes : le coup de main avant tout

Faire des crêpes, finalement, ce n’est pas si compliqué que ça. Seulement de la farine de blé noir, aussi appelée farine de sarrasin, de l’eau et du sel. Farine, lait, œuf et un peu de sucre pour la version sucrée. Et puis, chacun hérite souvent de sa recette familiale, peu à peu améliorée avec un peu de rhum pour le goût ou de la maïzena pour la légèreté…

Ce qui compte dans la pâte c’est alors le coup de main. Tout d’abord, il faut avoir le coup de main pour obtenir une belle pâte lisse et sans grumeaux, ni trop épaisse ni trop liquide. Ensuite, vient le moment de la cuisson. Tout vrai Breton s’est déjà essayé à la billig ! Il s’agit d’une plaque en fonte, anciennement chauffée à bois et aujourd’hui électrique. Elle s’accompagne de ses ustensiles phares : le rozell (le râteau), le spanell (la spatule), mais aussi le tampon de graissage ou encore la louche. Mais pas de panique, avec une poêle à crêpe ça marche aussi. Et l’avantage, c’est qu’on peut s’amuser à les faire sauter !

Crêpe rime avec convivialité

Une crêpe party c’est l’idéal pour un moment convivial en famille ou entre amis. Chacun sa team, les faire en avance pour tout manger d’un coup, ou les faire au fur et à mesure ? Avec cette seconde technique, l’amusement est garanti : qui mangera la dernière crêpe, celle toute petite et toute difforme ? Qui fera la crêpe la plus ratée ? Bien manger, passer de bons moments tout en étant à la maison, par sa facilité de préparation, la crêpe est la recette parfaite !

La crêpe bretonne mise au goût du jour

La crêpe : mille et une recettes

La crêpe a aussi le vent en poupe pour une autre raison : elle se réinvente de mille et une façons. Chips de galette de sarrasin, gâteau de crêpes, roulés de crêpes façon makis, etc. De nombreuses manières de consommer les crêpes différemment !

On peut ensuite évoquer les spécialités étrangères, plus ou moins proches de la crêpe bretonne, et qui séduisent en France :

  • les pancakes américains ;
  • les tortillas mexicaines ;
  • les baghrirs maghrébins, aussi appelés crêpes aux mille trous ;
  • les pains naan et pita, respectivement originaires d’Inde et du Liban ;
  • ou encore les dorayakis japonais.

La crêpe bretonne façon fast-food

Si la pâte conserve sa tradition et ne change pas, la garniture, elle, est de plus en plus variée ! Dans les chaînes de restauration rapide dédiées aux crêpes, car oui ça existe, on trouve des crêpes salées revisitées façons pizza, burger, ou bien savoyarde. Si cela peut froisser les plus puristes et ça se comprend, ces concepts plaisent. En effet, le client conçoit sa crêpe, il choisit la taille, la garniture, le topping du dessus. Les combinaisons sont infinies, il y en a pour tous les goûts ! Mais chez Port d’Attache, on préfère quand même la tradition.

La gaufre : une cousine de la crêpe

La liste pourrait être encore longue, d’autant plus si l’on prend également en considération la cousine de la crêpe, la gaufre, qui elle-aussi se modernise et se réinvente. Par exemple, on peut citer la bubble waffle ? Il s’agit une gaufre pliée de forme conique permettant une garniture généreuse, souvent à base de fruit, de chantilly et de chocolat. En bref, un goût identique mais une présentation différente de la gaufre classique.

Que vous soyez un gourmet curieux qui a déjà testé toutes les variétés de crêpes ou bien un adepte de la complète puis crêpe beurre sucre, le tout accompagné d’une bolée du cidre, on espère vous avoir donné envie. Et si vous préférez la bière, découvrez alors cette bière brassée à la crêpe de blé noir !

Originaire de St-Brieuc, je suis très attachée à la région Bretagne ! C'est pourquoi je suis aujourd'hui la social media manager de Port d'Attache. Enthousiaste et passionnée, je suis bien décidée à mettre du vent dans les voiles et garder le cap pour montrer les richesses de notre belle région !⛵️
128 articles
Rennes
Lire les articles de Claire Desrues