La Bigoudène : découvrez l’histoire d’une Bretonne symbole de la région

Culture La Bigoudène : découvrez l’histoire d’une Bretonne symbole de la région crédit photo - © Louise Garin

La Bigoudène. Vous avez certainement déjà entendu parler et vu des représentations de ce symbole de la Bretagne. Mais si, à l’arrière des voitures, dans des publicités Tipiak ou encore dans de nombreuses caricatures : c’est devenu une représentation de la femme bretonne par excellence. Une coiffe qui a donné le nom à un pays breton, découvrez l’histoire et les secrets de la Bigoudène.

La Bigoudène : la coiffe du Pays Bigouden

C’est quoi exactement une bigoudène ?

Tout d’abord, il nous paraît important d’éclaircir les choses sur ce qu’est exactement une bigoudène. Peut-être cela va-t-il vous paraître évident, mais les confusions sont nombreuses. Avant bigoudène, il y a le terme “bigouden”. Il apparaît au début du 19e siècle et désigne le sommet de la coiffe. Par extension, il désigne ensuite la coiffe entière, portée par les femmes mais aussi les hommes. À la fin du 19e, ils se font alors appeler Bigoudens et Bigoudènes, c’est là que la majuscule apparaît.

C’est ensuite l’ex-territoire de Cap-Caval, où cette coiffe est portée, qui prend le nom de ses habitants : j’ai nommé le Pays Bigouden. Ce dernier est situé dans le Finistère, entre la ville de Pont-l’Abbé et la Pointe du Raz.

La coiffe bigoudène s’étend ensuite dans le reste de la Bretagne. Le terme Bidougène ne désigne plus seulement les femmes du pays Bigouden ni la coiffe, mais la femme portant la coiffe haute et la tenue noire et blanche souvent associée.

L’histoire de la coiffe bigoudène

Qu’on parle de la coiffe ou de la femme qui la porte, la Bigoudène est pleine d’histoire. Il est important de rétablir la vérité sur certains clichés et raccourcis. D’une part, la coiffe bigoudène est la coiffe de cérémonie et non la coiffe de tous les jours. Cette dernière était bien plus simple, moins contraignante pour que les femmes puissent travailler aux champs ou à l’usine. D’autre part, la coiffe peut avoir divers aspects. C’est la “coiffe haute” qui est la plus connue et qui est devenue l’image qu’on se fait tous quand on parle de coiffe bretonne.

D’ailleurs, en parlant de taille, la coiffe bigoudène est sujette à une légende. Celle que la hauteur serait une réponse des Bigoudènes aux clochers coupés par Louis XIV lors de la révolte des Bonnets Rouges en 1975, révolte dite du Papier-timbré. La réalité est que la coiffe a commencé à prendre de plus en plus de hauteur à partir du 20e siècle.

La coiffe bigoudène devient un élément d’identification. Elle reflète le statut social et il y a une véritable concurrence à qui aura la coiffe la plus haute. Si bien que la Bigoudène prend un centimètre par an et atteint les 40 centimètres dans la région de Penmarc’h !

Enfin, si une bonne partie des Bretonnes portaient régulièrement la coiffe, elle va perdre en popularité à partir des années 1960. Au profit de vêtements plus modernes, “de ville”, les femmes veulent aussi avoir plus de confort. À l’aube des années 2000, moins de 500 femmes continuent de la porter. Andrée Le Floc’h, Maria Lambour ou Alexia Caoudal, ces noms ne vous disent peut-être rien, et pourtant. Parmi les dernières femmes à porter la bigoudène, elles ont été les stars des publicités Tipiak, Pirates !”.

Description de la Bigoudène

Quelle est la tenue typique de la Bigoudène ? C’est ce que nous allons voir. La coiffe bigoudène est tout un art, d’autant plus que les femmes se coiffaient toutes seules. Elle se compose de dentelle blanche et est ornée broderies avec différents motifs floraux ou géométriques. Pour tenir, les coiffes sont recouvertes d’un mélange d’amidon puis repassées. Ce travail d’orfèvre était réalisé par des “repasseuses”. Outre la coiffe, peigne, ruban, épingles et autres accessoires sont nécessaires pour le résultat final. Une partie des cheveux est cachée sous la coiffe tandis que certains sont apparents. Et surtout, il faut que cela tienne toute la journée ! En bref, il faut le coup de main.

Avec cette coiffe, la tenue des femmes est assez simple : une robe ou une jupe longue, souvent noire, avec un tablier blanc, lui aussi ornée de broderies. Au fil du temps, la coiffe se porte avec des tenues plus colorées, des foulards et des bijoux.

En plus d’être symbole de la classe sociale, les détails et le style de tenue de la Bigoudène permettaient d’identifier son lieu d’origine.

La Bigoudène : bien au-delà d’une tenue, un symbole de la Bretagne

La Bigoudène : l’incarnation de la Bretonne traditionnelle

Maintenant que vous connaissez l’histoire de la Bigoudène, il est temps de comprendre à quel point elle est devenue symbole. La coiffe est portée encore aujourd’hui lors des festivités et événements culturels bretons. On pense bien sûr ici au fameux Festival Interceltique de Lorient ou au festival de Cornouaille ! Fest-noz, fêtes de village ou carnaval mettent parfois à l’honneur ces costumes traditionnels. La coiffe bigoudène est alors portée pour faire vivre les traditions de la région. De la même manière, de nombreux musées et expositions témoignent de ce passé. En peinture, en sculptures, en photo ou avec des costumes précisément conservés : le patrimoine breton est riche.

La Bigoudène est devenue l’incarnation de la femme bretonne de l’époque. Outre sa tenue, on lui associe aussi un caractère : courageuse et travailleuse, elle peut être un peu bourrue, mais foncièrement gentille. C’est une femme à la bonne franquette si on peut le dire ainsi ! Entre mythe et réalité, il faut être conscient que cette image a été influencée par les représentations de la Bigoudène dans la presse. On a tous déjà vu les caricatures et petites histoires de notre Bigoudène en sabots.

La Bigoudène : la fierté apposée sur nos voitures

Pour finir, la Bigoudène va plus loin qu’être un symbole de la Bretagne, elle en est un symbole de fierté. On connaît tous quelqu’un qui a ce fameux sticker À L’Aise Breizh sur sa voiture. Peut-être même vous ! La marque est parvenue à créer un signe de reconnaissance et d’identification. La Bigoudène a voyagé à travers la France et à l’étranger. Sur son fond rigolo et sympathique, elle véhicule l’image de la Bretagne et des Bretons. Des gens sympathiques, attachés à leur région et qui aiment dire d’où ils viennent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par À l’aise Breizh (@alaise_breizh)

Pour conclure, derrière cette coiffe emblématique qui peut sembler assez curieuse se cache une véritable histoire et l’identité très forte d’un territoire. La Bigoudène, qu’on en parle dans sa tradition ou sa représentation caricaturée, continuera d’être un symbole phare de la Bretagne. Et pour découvrir les autres de ses emblèmes, découvrez la signification du Triskel.

Originaire de St-Brieuc, je suis très attachée à la région Bretagne ! C'est pourquoi je suis aujourd'hui la social media manager de Port d'Attache. Enthousiaste et passionnée, je suis bien décidée à mettre du vent dans les voiles et garder le cap pour montrer les richesses de notre belle région !⛵️
121 articles
Rennes
Lire les articles de Claire Desrues