Isidore Odorico : découvrez les incroyables mosaïques de Rennes 

Culture Isidore Odorico : découvrez les incroyables mosaïques de Rennes  crédit photo - © Wikimédia Commons - Erwan Corre

On vous a déjà parlé des typiques maisons à pans de bois de Bretagne. Aujourd’hui, on s’intéresse un peu plus à l’art en tant que tel. Odorico ça vous parle ? Tenez-vous prêt, on vous emmène à Rennes découvrir l’univers haut en couleurs des mosaïques d’Isidore Odorico.

Rennes : qui était Isidore Odorico ?

Un mosaïste d’origine italienne

On commence par un petit historique. Isidore Odorico, deuxième du nom, est un mosaïste français né à Rennes en 1893 et mort en 1945 dans cette même ville. Il n’est pas devenu mosaïste par hasard puisqu’il est issu d’une famille d’artisans italiens. À la fin du 19e, le père et l’oncle d’Isidore Odorico participent au chantier de l’Opéra Garnier. C’est à partir de 1882 qu’ils font le choix de miser sur la Bretagne et arrivent sur Rennes.

Si en France, et d’autant plus en Bretagne, il n’y avait aucune tradition pour la mosaïque, les artistes italiens en profitent pour importer leur style et leur technique. Les débuts sont un peu difficiles mais la mosaïque finit par faire sa place et les frères Odorico reçoivent de plus en plus de commandes à travers la Bretagne ! Le meilleur est à venir pour la mosaïque bretonne avec le fils Odorico.

Odorico : un style et une technique de maître

Après avoir suivi les cours de l’école des beaux-arts de Rennes, Isidore Odorico, le fils, reprend l’entreprise familiale. Le début du 20e siècle est marqué par le style art décor et c’est une aubaine pour l’architecte qui va imaginer plein de modèles très créatifs. La signature Odorico continue de faire sa réputation en Bretagne :

Odorico savait incorporer dans des motifs en ciment assez sobres de petites pâtes de verre qui font ressortir les couleurs en jouant sur la lumière.

Philippe Bohuon

Adjoint Animateur Architecture et Patrimoine

Il s’entoure et collabore avec de nombreux architectes de la région. La mosaïque devient un matériau en vogue et est utilisée pour de nombreux chantiers : écoles, piscines, crèches. Elle sert aussi pour les constructions des nombreuses stations balnéaires bretonnes. Elle allie praticité et esthétique : facile à nettoyer tout en étant jolie et avec une luxuriance de motifs. La mosaïque s’invite également chez les particuliers. Maintenant que les maisons possèdent une salle de bain, il devient de mise qu’elle soit en mosaïque !

Les mosaïques Odorico à Rennes

La piscine Saint-Georges : figure mythique des mosaïques Odorico à Rennes

Comment parler de la mosaïque Isidore Odorico de sans parler de la piscine Saint-Georges ? Elle est l’élément emblématique de la mosaïque rennaise. Si vous n’y avez jamais mis les pieds, il s’agit d’une piscine à l’ancienne, avec les vestiaires-cabines en bord de bassin. Elle a été décorée en 1925 et classée monument historique en 2016.

En plus de faire quelques longueurs, vous pourrez allier l’utile à l’agréable et admirer ce travail d’orfèvre. Une frise qui fait tout le tour du bassin et qui représente la mer et les vagues. D’ailleurs, selon certains classements, la piscine Saint-Georges de Rennes est l’une des plus belles piscines du monde !

Rendez-vous 2 rue Gambetta.

Les autres mosaïques Odorico de Rennes

Après ce point de passage obligé des mosaïques Odorico de Rennes, découvrons d’autres trésors, plus ou moins cachés. Nous avons sélectionné différents endroits, pour un aperçu de la variété du travail d’Isidore Odorico : 

  • La Maison Odorico

Aujourd’hui devenue crêperie, la Maison Odorico témoigne de toute l’histoire et du savoir-faire de la famille. Quelques mots sur la salle de bain époustouflante : des motifs d’une précision incroyable, du doré scintillant et un nombre de carreaux de mosaïques certainement vertigineux.

Rendez-vous chez Bretone, joli clin d’œil qui signifie Bretagne en italien, 7 rue Joseph Sauveur

  • L’Église Saint-Thérèse

On poursuit avec l’Église Sainte-Thérèse. Pas besoin de lever les yeux, mais au contraire regardez bien où vous marchez. Un travail de maître de la part du mosaïste ! Le chantier a été réalisé en 1933 et reste toujours aussi impressionnant. Sur place, vous pourrez aussi admirer les sculptures ou encore les vitraux de la dynastie Rault qui valent, eux aussi, le coup d’œil.

Rendez-vous au 18 Bis Rue Sully Prudhomme

  • L’immeuble Poirier avenue Janvier

Typique de l’Art Déco, impossible de passer à côté de la façade de l’immeuble Poirier. Il a été construit en 1928, mais les mosaïques ont été restaurées en 2016/2017 pour leur redonner de leur éclat. C’est d’ailleurs la famille Patrizio qui s’en est chargé, originaire du même village que les Odorico.

Rendez-vous non loin de la gare, au 7 avenue Janvier

  • Les alentours de la Place Saint-Anne

Plusieurs magasins ont conservé les traces d’Odorico père et fils. Poussez par exemple les portes du magasin de cigarettes électroniques pour découvrir le décor d’une ancienne poissonnerie. Entièrement orné de mosaïque, une des pièces maîtresses, un crabe de mosaïques, est aujourd’hui exposé au Musée de Bretagne. Rendez-vous sur la Place Sainte-Anne.

Au total, plus d’une quarantaine d’endroits, difficile de tous les lister ! En levant la tête vers les petits carrés colorés, vous pourrez en profiter pour chercher les Radis de Rennes.

Les autres mosaïques Odorico autour de Rennes

Avant de terminer cet article, quittons Rennes et faisons un petit tour dans le reste de la Bretagne et ailleurs pour lister les autres mosaïques Odorico.

On commence avec la célèbre Maison bleue d’Angers. C’est l’une des réalisations les plus connues d’Odorico. Construit en 1928, il s’agit d’un édifice inscrit aux Monuments Historiques. La Maison Bleue est connue pour être l’un des bâtiments avec la plus grande façade recouverte de mosaïque dans le style Art Déco.

Ensuite, voici une liste de quelques autres mosaïques Odorico qui valent le détour :

  • Usine Morel et Gaté à Fougères (Ille-et-Vilaine).
  • La façade du bureau de Poste de Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine).
  • L’intérieur du bureau de Poste de Perros-Guirec (Côtes d’Armor).
  • La villa “Le Petit Carihuel” à Etables-sur-Mer (Côtes d’Armor).

Que vous connaissiez ou non Odorico, ou que vous soyez déjà passé devant ces mosaïques sans y avoir prêté attention, on espère vous en avoir un peu plus sur le patrimoine artistique de Rennes. Et tant qu’à être dans un bain de visite et de découverte, pourquoi ne pas découvrir ces 10 musées de Bretagne ?

Originaire de St-Brieuc, je suis très attachée à la région Bretagne ! C'est pourquoi je suis aujourd'hui la social media manager de Port d'Attache. Enthousiaste et passionnée, je suis bien décidée à mettre du vent dans les voiles et garder le cap pour montrer les richesses de notre belle région !⛵️
128 articles
Rennes
Lire les articles de Claire Desrues