Souhaiter une bonne année en breton

Culture Souhaiter une bonne année en breton

Il est minuit, le champagne coule à flot et les embrassades commencent. Tandis que certains crient « bonne année », d’autres s’émoustillent à dose de « happy new year ». Mais saviez-vous qu’il existe une autre catégorie ? Celle qui fait office de ligue des champions dans le domaine. Nous parlons bien sûr de celle des gens qui savent souhaiter bonne année en breton.

La bonne année en breton

Soyez de ceux qui surprennent dès les premières minutes d’une nouvelle année pendant le réveillon (fiskoan) ! C’est très simple, il vous suffit de souhaiter la bonne année en breton :

Bloavez mad = Bonne année

En général, l’adjectif suit le substantif. Ici, l’ordre des mots est inversé par rapport à la langue française. Mais si vous souhaitez épater encore plus la galerie avec votre culture bretonnante… voici quelques nouvelles cordes à votre arc :

  • Bloavez mad en ho ti = Bonne année chez vous
  • Hetiñ a ra skipailh Port d’Attache ur bloavezh mat deoc’h e 2018 = L’équipe de Port d’Attache vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2018
  • Bloavez mad, leun a joa, a blijadur hag a brosperite hag ar baradoz e fin ho puhez = Bonne année, pleine de joie, de bonheur et de prospérité et le paradis à la fin de votre vie
  • Bloavezh mat, un ti dilogod hag uhel ar bern fagod = Bonne année, une maison sans souris et des fagots en abondance
  • Dit-te ha d’az familh, Bloavezh mat didrubuilh, ha kalz a vleunioù da gutuilh = A toi et à ta famille, une bonne année sans souci, et beaucoup de fleurs à cueillir
  • Bloavez mad, yec’hed mat ha prosperite = Bonne année, bonne santé et prospérité

Voilà de quoi commencer chaque nouvelle année comme il est d’usage de le faire : en présentant vos vœux (an hetoù) à ceux qui vous sont chers. D’ailleurs, de la part de notre équipage : « Bloavez mad en ho ti » !

Je suis le capitaine qui aime jouer avec les mots. Après des études dans le commerce et les finances, j'ai conservé cette attirance pour les joutes verbales. Ma philosophie est simple, mieux vaut danser sous la pluie plutôt que d'attendre le soleil.
136 articles
Ergué-Gabéric
Lire les articles de Simon Lagadec